La ville de Lomé jouit d’atouts indéniables qui lui confèrent un énorme potentiel de développement économique et social.

Elle dispose d’un patrimoine culturel millénaire, d’une nature aussi belle que diversifiée, d’une profusion de produits typiques du terroir, ainsi que d’habitants accueillants, chaleureux et vaillants.

Ce sont là autant de richesses qui ne demandent qu’à  être exploitées dans un cadre respectueux de l’homme et de son environnement.

Aussi, le Togo accueil plusieurs  jeunes étudiants universitaires évoluant dans différentes disciplines et dans un environnement qui offre tous les atouts nécessaires pour une intégration réussie dans le monde professionnel.

Environnement économique :

Capitale du Togo, Lomé a connu, en l’espace d’une décennie, une forte dynamique de croissance à la faveur notamment de grands projets d’infrastructures.

Une panoplie de réalisations permet à cette agglomération de nourrir les plus grandes ambitions.

Centre ville de Lomé

Grand marché de Lomé

Aéroport de Lomé

Port Autonome de Lomé

Ville étudiante :

Ville agréable à vivre, Lomé offre en même temps des possibilités aux jeunes étudiants de profiter de sa qualité de vie à un coût très abordable.

Les infrastructures sportives et culturelles ainsi que sa nature géographique permettent aux jeunes d’allier une vie académique et activités de sport, loisirs et divertissement.

La diversité économique et le nombre d’entreprises évoluant dans la région offrent aux étudiants de grandes opportunités de stages, de travaux appliqués et d’insertion socioprofessionnelle.

Un accueil à l’aéroport est réservé aux étudiants étranger.

Budget au Togo

Hébergement

Barème établi sur la base d’une chambre double ventilée propre, avec en général sanitaires privés. La taxe spéciale de promotion touristique est généralement incluse dans les tarifs des petits hôtels ; pour les hôtels « Plus chic », il faut ajouter cette taxe qui est alors de 1 000 F.CFA par personne et par nuit. À Lomé, les prix sont un peu plus élevés. Sauf exception mentionnée dans le texte, le petit déjeuner n’est jamais inclus. 

Très bon marché : inférieur à 4 000 F.CFA (6,10 €).
Bon marché : 4 000-8 000 F.CFA (6,10 à 12,30 €).
Prix moyens : 8 000-12 000 F.CFA (12,30 à 18,30 €).
Plus chic : 12 000-20 000 F.CFA (18,30-30,50 €).

Nourriture

Solution la moins chère, opter pour les petits maquis et les popotes des femmes, sur les marchés ou dans la rue. Pour ces dernières, il suffit de jeter un coup d’œil sur l’affluence des clients ; c’est un gage de qualité et de propreté, selon nos copains togolais.

Prix d’un plat (le plus souvent copieux).

Très bon marché : inférieur à 1 000 F.CFA (1,50 €).
Bon marché : 1 000-3 500 F.CFA (1,50-5,30 €).
Prix moyen : 3 500-6 000 F.CFA (5,30-9,20 €).
Plus chic : supérieur à 6 000 F.CFA (9,20 €).

Transports et déplacements Togo

La majorité des minibus et des taxis appartiennent en général soit à un particulier, soit à un syndicat de conducteurs. Leur plaque d’immatriculation est jaune, alors que pour les autres véhicules, elle est blanche. Dans les villes, ces véhicules sont regroupés dans des gares routières. Sinon, on peut héler l’un d’eux sur les lignes de passage (demander où se trouve l’arrêt ou le lieu de passage d’un endroit à un autre).

Les minibus portent souvent des inscriptions en éwé, français, anglais ou autre, d’ordre religieux.

Minibus

Ce sont des minibus, de 16-20 places, fonctionnant à prix fixés officiellement. Circulant sur tous les principaux axes, ils sont réguliers et assez rapides. Dans les villages reculés, situés à l’écart de ces axes, c’est plus problématique : quelques taxis-brousse locaux déglingués. Véhicules plus fréquents les jours de marché mais souvent pleins.

Taxis

Entre les villes de la route côtière de Lomé à Aného et dans les grandes villes du pays. Leurs prix sont fixes. Ils fonctionnent comme les minibus.

Les taxis voitures à Lomé 

Ils sont repérables à leur toit jaune marqué « taxi ». Ils sont de moins en moins nombreux. 2 formules, le taxi collectif qui fonctionne comme un bus avec un circuit préétabli, et le taxi ordinaire qui vous emmène où vous voulez sans prendre d’autres passagers. Le même véhicule (souvent des Toyota) passe du collectif à l’ordinaire selon la demande du client. Pas de compteur.
Dans les deux cas, négocier. En formule collective compter 350-500 F.CFA selon la distance ; en formule ordinaire, minimum 600 F.CFA pour une course dans le centre-ville. Si vous prenez un taxi collectif déjà plein, gaffe aux pickpockets.

Les taxis-motos à Lomé

C’est le moyen de transport le plus répandu, appelé woleyia (ce qui signifie « Vous y allez ? », question que le conducteur pose au client éventuel). Mais le terme zem, emprunté à l’expression utilisée au Bénin et diminutif de zemidjen (« Emmenez-moi vite » en fon), est de plus en plus répandu.

Beaucoup plus rapide que la voiture mais aussi plus dangereux et plus polluant quand le carburant utilisé est trafiqué. Les pilotes de zem n’ont pas de tenue spéciale pour se faire reconnaître mais, de toutes façons, ils se manifestent en hélant les piétons. Proportionnellement plus cher que le taxi ordinaire plein.

Tarif selon la distance. Compter autour de 250 F.CFA pour une course au centre-ville.

Bus

Les cars desservent surtout les pays voisins (lignes Abidjan-Accra-Lomé-Cotonou et Lomé-Ouagadougou). Il existe tout de même quelques rares compagnies de bus reliant les villes du pays, notamment Rakieta et les bus de la poste.